ACCUEIL

Chers Collègues,

Pour la troisième fois depuis mon élection à la présidence de votre Conférence générale, je m’adresse à vous pour vous convier à participer à notre congrès annuel.
Cette année il aura lieu à Paris, dans un format plus resserré que d’habitude puisque dans la même journée, le 3 décembre, nous tiendrons la séance solennelle et notre assemblée générale.
Le congrès national ne doit pas être perçu ni vécu comme un rendez-vous institutionnel qui serait un peu dépassé en ces temps où tout le monde communique avec tout le monde en permanence. Nul besoin, diront alors certains, de ces rencontres dont l’intérêt ne serait plus évident et qui ne seraient que la reconduction d’habitudes un peu désuètes et qui par ailleurs sont consommatrices de temps du fait des déplacements.
Je crois au contraire que le congrès national est un des rares moments où les juges peuvent se rencontrer pour échanger sur leurs pratiques, leurs tribunaux et réfléchir de façon réciproque aux solutions à apporter aux questions que pose l’exercice de la justice économique.

Cette année, le Conseil d’administration de la Conférence a choisi le thème suivant : Notre droit des procédures collectives est-il encore bien adapté à la diversité des différents acteurs de l’économie ? Cette réflexion s’inscrit dans le fil de notre démarche engagée il y a trois ans, visant à faire des propositions pour adapter notre justice commerciale à l’évolution économique.

Le congrès est aussi, je vous le rappelle , l’occasion pour les juges que nous sommes de témoigner publiquement de notre attachement et de notre  engagement bénévole et efficace à  la mission de service public de la justice.

Je vous attends nombreux cette année encore le 3 décembre à Paris !

Soyez assurés, chers Collègues, de mes sentiments dévoués.

Georges RICHELME
Président de la Conférence générale des juges consulaires de France